UNE SEULE ANNONCE...
JUSQU'À VENDU!

Retour

L'économie de seconde main en Outaouais en contexte de pandémie

Anik St-Jacques

Tel que mentionné dans l’article du quotidien LeDroit du 16 avril 2020; Contrairement à certaines régions du Québec, l’économie de seconde main fait belle figure dans la région de l’Outaouais depuis le début de la pandémie, Covid-19, que l’on vit depuis déjà 4 mois. 


Pour Cavendre.com, du 1 mars au 1 juillet 2020, nous avons connu une augmentation de 35% du trafic et le nombre d’inscriptions quotidiennes a pratiquement triplé comparativement à la même période en 2019. Selon le président de Cavendre, Steve Larose, cette augmentation serait principalement liée au confinement; c’est-à-dire que les gens ont eu davantage de temps à mettre au renouvellement de leur milieu de vie. Certains ont décidés de rénover et les autres ont fait de belles trouvailles à plus petits prix; c’est le meilleur des deux mondes! La tendance semble également se poursuivre.


Oui, mais pourquoi?

Selon le 5e indice Kijiji de l’économie de seconde main, réalisé en 2019, la motivation économique est toujours en tête. Toutefois, les motivations altruistes et écologiques pour utiliser l’économie de seconde main ont connues une forte augmentation. 


Voici les principales raisons qui motivent les résidents de l’Outaouais  à contribuer à l’économie de seconde main :


MOTIVATIONS ALTRUISTES :

  • L’aide aux autres citoyens
  • Faire quelque chose de bien pour la communauté
  • Faire quelque chose de bien pour la société en général 

 

MOTIVATIONS ÉCOLOGIQUES :

  • Protéger l’environnement en augmentant la durée de vie utile des produits
  • Protéger la planète
  • Ne pas contribuer au réchauffement planétaire en limitant les émissions liées à la production de nouveaux objets
  • Éviter le gaspillage 
  • Limiter l’exploitation des ressources


Nul besoin de mentionner que la “seule” raison ÉCONOMIQUE pour utiliser l’économie de seconde main est : l’argent


L’opinion publique

La stigmatisation en lien avec les biens de seconde main est désormais chose du passé. Le nombre de personnes qui ont déclaré avoir offert un bien de seconde main a littéralement doublé; toujours selon le 5e indice Kijiji de l’économie de seconde main. 


Il est également intéressant de mentionner que l’achat de biens de seconde main ne se limite plus nécessairement aux personnes à faible revenu, car plus de 35% des acheteurs avaient un revenu annuel de 80 000$ et plus.


La prudence est de mise

Inutile de mentionner qu’en contexte de pandémie il y a davantage de précautions à prendre autant pour le vendeur que pour le consommateur; il faut être conséquent et limiter les contacts au maximum. Les mesures sanitaires mises en place par les instances gouvernementales viennent compliquer les transactions et les rencontres liées à ces dernières. 

Voici quelques conseils afin de faciliter vos transactions :

Si l’achat ne représente pas un besoin immédiat:

  • Faites une entente acheteur/vendeur afin de reporter à plus tard l’échange.

Dans le cas contraire, limitez les contacts:

  • Pour le vendeur: nettoyer “le bien” en question et laissez-le à un endroit sécuritaire à l’extérieur.
  • Pour l’acheteur: nettoyer le bien à son tour avant utilisation.


Pour les deux:

  • Privilégier les transferts électroniques “en personne” plutôt que l’argent comptant. 
  • Respecter les limites de la personne avec laquelle vous transigez.
  • Laver ses mains avant/après manipulation.
  • Demeurer respectueux.